Comparer les biens

Histoire de Nabeul

Histoire de Nabeul

L’ancienne Néapolis est décrite par le voyageur Al Idrissi au XIIème siècle en ces termes : « …des vestiges embrassent une grande étendue de terrain qui prouvait que Nabeul dû être considérable autre fois ».

La ville de Néapolis, détruite après la conquête musulmane servit de carrière pour la construction des édifices de la nouvelle ville de Nabeul.
C’est en 1965 que le français J.P. Darmon y a commencé des fouilles vite interrompues en 1966, mais reprises ces dernières années pour dégager au moins deux ensembles originaux et riches en enseignements.

Le site pourtant étendu en bande au bord de la mer présente deux grands ensembles.
D’abord une grande maison romano-africaine à péristyle : la fameuse Maison des Nymphes. Elle pourrait être selon les spécialistes une schola à usage philosophique. Les beaux décors de la mosaïque furent probablement réalisés vers le milieu du IVème siècle ap J.-C., comporte des ornementations géométriques et des scènes figurées inspirées d’Homère et de Sophocle : Pégase à la source, Noces de Bellérophon, Poséidon et Amynomé, Ambassade de Chrysès. Toutes les mosaiques sont exposée au Musée de Nabeul.

L’autre monument, plus près de la mer est un complexe artisanal destiné à la fabrication de salaison et de garum. Dans les bassins revêtus de béton au trélicum, les archéologues ont découvert des amphores pleines de restes pulvérulents de menus fretins. Les ensembles de fabrication de salaisons se trouvaient partout sur les côtes du Cap Bon, celles de Néapolis attirent l’attention par leurs dimensions. Une batterie de six bassins profonds de 2 mètres servaient à une fabrication industrielle des salaisons des poissons bleus, sardines, maquereaux et thon et surtout la fabrication du garum condiment relevé et apprécié par les romains, et servait d’assaisonnement des viandes, légumes et même les fruits, et aphrodisiaque, disent les textes. Sa fabrication se fait à base d’intestins de poissons et autres restes macérés dans le sel et séchés pendant plusieurs semaines au soleil.
Autours de ces installations courent des traçons des rues, une sorte de scellarum (petit sanctuaires) orné d’une mosaïque figurant une couronne agnostique entre deux candélabres allumés commémorant, peut-être, les jeux en l’honneur d’Artémis.

 

Source: Site Officiel du Gouvernorat de Nabeul

img

La Casa

Related posts

Tunisie Immobilier 2018: Bientôt l’annulation de l’autorisation du gouverneur pour les étrangers

Le ministre des domaines de l’Etat et des affaires foncières, Mabrouk Korchid a déclaré...

Continue reading
by La Casa

Tunisie: Hausse de 10,8% du prix de l’immobilier

Les prix des appartements en Tunisie ont augmenté de 10,8%, a annoncé l’Institut national des...

Continue reading
by La Casa

Rejoindre la discussion